Riko Muranaka est médecin et journaliste au Japon, récompensée pour son travail visant à lutter contre la désinformation sur la vaccination contre le virus du papillome humain dans son pays. Cependant, récemment, elle est devenue une tendance non pas à cause de ses enquêtes journalistiques, mais parce qu’elle a lancé une critique contre le «Kimetsu no Yaiba » :

  • «La nouvelle série « Kimetsu no Yaiba » est déjà numéro 4 sur Netflix en Allemagne. Cependant, le décor dans lequel les personnages féminins ont des visages de bébé et de gros seins est devenu un sujet de conversation parmi les Allemands, y compris les enfants, non pas à cause du sexisme, mais parce qu'il est contre nature et dégoûtant. Ce type d’expression, qui apparaît parfois dans les anime et mangas japonais, n’est ni sexy ni érotique, mais est perçu comme une perversion sexuelle.».

Ce n'est pas la première fois que quelqu'un critique le fait que dans « Kimetsu no Yaiba », les personnages féminins ont des apparences enfantines mais des corps matures généralement représentés par leurs gros seins. Les exemples des saisons récentes incluent Mitsuri Kanroji, le Pilier de l'Amour, et la protagoniste elle-même Nezuko Kamado, qui, en développant sa forme démoniaque, met de côté son apparence de fille et grandit un peu (évidemment, elle grandit également de plusieurs tailles de soutien-gorge).

Même si de nombreuses personnes s'en sont plaintes, c'est peut-être la première fois qu'une personne de renommée au Japon et sur les réseaux sociaux en parle. C'est peut-être pour cela que la publication de Riko Muranaka a rapidement accumulé des millions et des millions d'interactions sur Twitter, accumulant des commentaires tels que :

  • «J'aimerais pouvoir honnêtement dire que je n'aime pas ça et c'est tout. Si les adultes comme les enfants détestent la série, comment en est-elle arrivée à la quatrième place du classement national ?».
  • «Font-ils référence à une femme sensuelle connue sous le nom de Mitsuri Kanroji ?».
  • «Les démons n'existent pas dans la réalité, quel est le problème ?».
  • «Tout d’abord, je pensais que les Allemands ne voulaient pas voir quelque chose comme ça. Une histoire où le protagoniste doit décapiter ses ennemis, il ne me semble pas qu'ils soient prêts pour ces choses».
  • «Pour les étrangers, les séries comme « Invincible » de Prime Video sont marquées R18. Au Japon, c'est comme une course pour savoir qui produit les choses les plus extrêmement violentes, et les enfants peuvent les voir sans problème.».
  • «Il semble que beaucoup de gens ne soient pas satisfaits des designs de Kimetsu no Yaiba.».
  • «Ces idiots ne réalisent-ils pas qu’ils défendent les droits humains des personnages d’anime ?».
  • «Si vous ne l'aimez pas, ne le regardez pas. Il semble que des millions d’Allemands le regardent de toute façon».
  • «J’ai l’impression que les adolescentes aux gros seins sont plus fréquentes même à l’étranger. Les femmes japonaises ne sont-elles pas censées être plus petites ?».
  • «Le manga Kimetsu no Yaiba avait beaucoup de seins et de larges décolletés pour une auteure. Étant un manga Shonen Jump, il doit inclure des éléments attrayants pour les adolescents. Je pense donc que l'auteur savait ce qu'elle faisait.».
  • «Si vous ne l’aimez pas, pourquoi le regardez-vous ?».
  • «Alors les jolies filles n'ont pas le droit d'avoir de gros seins ? Je ne le comprends pas».